Sur le plan théorique

En matière d’ergonomie, le modèle de référence est souvent le modèle dit « des 5 carrés » (Leplat, J., Cuny, X.).  qui postule que l’activité est la résultante de déterminants et produit des résultats sur deux dimensions : personnelle et organisationnelle. Il s’agit d’une grille puissante d’analyse des situations de travail dans le cadre d’un lien de subordination.

Il s’avère qu’il doit être décliné s’agissant lors d’intervention sur la question du handicap au travail pour fournir à l’ergonome une grille de lecture plus opérationnelle : 4 dimensions sont alors pertinentes.

modele_theorique

Il en résulte une relecture libre du schéma des 5 carrés, devenant un schéma à 8 boules, bien plus puissant lors des interventions concernant les situations de handicap au travail.

modèle_8 boules et 1 carré

Les dimension technique (équipements, outils, moyens de travail…), organisationnelle (horaires, organigramme, implantations…), personnelle (santé, développement, lien avec la vie privée…) et psychosociale (relations entre individus, collectif de travail, vécus …) sont constitutives de la situation de handicap au travail et sont également autant de ressources à redéployer pour redonner aux salariés les moyens de construire sa santé. Notons que modifier une composante d’une dimension peut modifier les déterminants futurs de l’activité de travail et entraîner ainsi des effets sur toutes les dimensions.

Il ne s’agit ainsi pas temps de traiter une situation que de conduire l’entreprise ou l’institution à se requestionner.