Sur le plan méthodologique

Nous ne reviendrons pas sur ce qu’est une intervention construite sur la base de l’analyse ergonomique du travail, donc de l’activité réelle.  L’ouvrage le plus cité comme socle de cette méthodologie est Comprendre le travail pour le transformer (François Guérin, Antoine Laville, François Daniellou, Jacques Duraffourg, Alain Kerguelen, (1991), Éditions ANACT) auquel nous vous renvoyons.

Intéressons-nous plutôt à la spécificité de l’intervention ergonomique sur une situation de handicap au travail. Il est nécessaire d’orienter l’étude de la situation de handicap au travail ainsi que la recherche de solutions sur les toutes les dimensions décrites dans la partie théorique.

methodo

Le diagnostic comme les solutions ne doivent pas en effet se construire via une démarche experte orientée sur l’analyse des difficultés de la personne et résultant du seul fait de l’ergonome. Mais ils doivent être la résultante d’un processus participatif et itératif construit sur la totalité de la situation visant tant la compensation des contraintes que le développement des ressources. De plus, ils ne peuvent se construire qu’uniquement :

  • avec le salarié pour qu’il puisse apporter au mieux son expertise de sa situation de travail
  • avec les autres acteurs de la situation de travail comme le médecin du travail ou le hiérarchique direct
  • avec toute personne impactée par les modifications envisagées de la situation de travail
  • avec d’autres professionnels portant chacun des compétences utiles à l’intervention : ergothérapeute, psychologue, neuropsychologue, fournisseurs, …etc.

L’ergonome se positionnera alors comme un chef de projet ou s’assurera qu’il en existe bel et bien un.

Cette démarche ne peut ainsi être le résultat de quelques jours d’intervention dans un délai court mais doit s’inscrire dans une temporalité longue où des avancées régulières permettront d’aboutir à une solution durable.